OECD Competition Open Day 2020

Agenda

Jour

1 : 26 février 2020
08:30
Petit-déjeuner d'accueil
10:00
Panel d’ouverture :  La concurrence à l'ère du numérique
Ce panel d’ouverture discutera de l'avenir de la politique de concurrence dans l'économie numérique, en mettant l'accent sur le rôle potentiel d'une réglementation favorable à la concurrence. Le panel discutera des recommandations des différents rapports, identifiera les domaines d'accord et explorera les raisons pour lesquelles les recommandations divergent. Enfin, cette session examinera la mise en œuvre et le rôle de la coopération internationale sur les questions qui ont été identifiées.
11:30
Pause café
Offert par la société PaRR
12:00
Premier panel : FinTech, Big Tech et concurrence
Le secteur financier a connu une innovation rapide au cours de la dernière décennie, avec un impact significatif sur les consommateurs, le marché de l'intermédiation financière et la réglementation. Ce panel discutera de la montée en puissance de FinTech, Big Tech dans la fourniture de services financiers, et de la manière dont l'utilisation d'algorithmes, de données volumineuses, de chaînes de blocs, de prêts entre pairs et de "crowdsourcing" modifie le rôle de l'intermédiaire. Le rythme de l'innovation dans le secteur pose également un défi aux régulateurs, qui doivent maintenir des conditions de concurrence équitables tout en trouvant le juste équilibre entre la promotion de l'innovation et la préservation de la stabilité financière.
13:30
Pause déjeuner
Pause déjeuner
14:30
Lancement de la publication « 2020 OECD Competition Trends »
Le Secrétaire-général de l'OCDE, Angel Gurría, participera au lancement de la publication "2020 OECD Competition Trends" Plus d'information sur oe.cd/comp-trends
14:45
Deuxième panel : La concurrence sur les marchés du travail
Des recherches récentes aux États-Unis et en Europe établissent un lien entre la concentration du pouvoir de marché des employeurs et la réduction du niveau des salaires. Un certain nombre d'autres facteurs peuvent également contribuer à accroître le pouvoir de marché des employeurs. Il s'agit notamment des asymétries d'information, des difficultés à changer d'emploi liées aux préférences hétérogènes des travailleurs et du recours généralisé aux accords de non-concurrence. L'influence plus limitée des syndicats actuels pourrait ne pas compenser efficacement ce pouvoir. Cette session abordera les caractéristiques des marchés des facteurs de production, les facteurs facilitant la création et l'exploitation du pouvoir de monopsone, et ses effets sur les travailleurs et les consommateurs. Elle examinera également le rôle des autorités de la concurrence et les défis auxquels elles sont confrontées dans la lutte contre le pouvoir de monopsone des employeurs.
16:15
Pause café
Offert par la société PaRR
16:45
Troisième panel : Le contrôle des fusions sur les marchés dynamiques
La dynamique de la concurrence observée dans des secteurs en évolution rapide, tels que la haute technologie, les services aux consommateurs et la vente au détail en ligne, remet en question le rôle des autorités de concurrence dans le contrôle des concentrations. Au cours de cette session, nous débattrons de la question de savoir si les autorités doivent allonger le délai d'examen des fusions, afin de saisir les effets à long terme des fusions sur l'investissement et l'innovation, en plus des effets traditionnels à court terme sur les prix. Nous débattrons également de solutions pratiques pour adapter l'application des règles en matière de concentrations dans le contexte de marchés dynamiques.
18:30
Cocktail
Cocktail offert par l'OCDE